Et la Terre se transmet comme une langue


« Mais démasqués, perpétuaient leurs noms par la lance et                                        

 le mangonneau, puis voyageaient

Sans priver avril de ses habitudes, qui fait naître les fleurs                                                                                                                   

 des rochers

Et celle de l’oranger porte des clochettes. Aucun mal n’a                                                                                                            

atteint la glèbe

Aucun mal après eux. Et la terre se transmet                                                                                                                                             

comme une langue (…) »

Le grand et inégalable Mahmoud Darwich, La Terre nous est étroite, anthologie de textes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s