Radiographie de la colonne vertébrale.


arton3165

 

Mon corps a la mémoire du tien.Le galbe des fesses, les courbes et contre-courbes de la silhouette, chaque pli de la peau. Nue et mate la peau.

Sous chaque pli reconnu se cache mon ancienne langue. Celle toute rouillée de mots décrépis.

Anguleuse et dansante. Une vipère ou une couleuvre enivrée, frétillante, molle et préhistorique. Ondulations de tes vertèbres déployées.

C’est vaniteux penses-tu.

Pourtant, animal je guette chacun de tes pas. Ta peau. Et l’ odeur de ta sueur. L’odeur des mots aussi; papillons poussiéreux que j’attrape dans un filet.

J’attrape. Tu disparais. Je rattrape. Tu prends la fuite à bras le corps. Je m’enfuis. Tu viens à moi. Offerte. Cours, perds haleine, cours.

J’avais oublié le pourquoi du comment. J’avais oublié le commencement de ma course. La courbe de tes yeux, le point de départ. Jamais, je ne t’ai reconnu.

Camellia Burrows.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s