La nuit est tiède


Petit, il croyait que l’on cachait ses souvenirs les plus tendres dans la lune, que les gâteaux sortaient tout décorés de ganache au chocolat et d’ornements en glaçage d’un four tout spécial des pâtissiers, que l’on savait conduire le jour de ses dix-huit ans, que les femmes étaient des créatures tendres et aimantes et surtout que la vie ne pouvait offrir qu’un seul chemin sans sinuosité et absent de tout sourire en coin.

Pourquoi alors la vie lui devenait-elle parfois si étriquée?

3720588046_dbc157c381_m

 

Camellia Burows

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s