Les nuits moscovites


L’hiver crisse sous mes pas et je me demande. Je me demande comment on allume les étoiles à grands coups de flocons de neige. A mes côtés deux grands yeux pétillent. Un sourire aussi. Le blanc enserre le blanc et moi le froid mord mes cuisses. Ici, le connu s’éloigne de mon quotidien et mes sourires s’effacent tout comme ceux des femmes. Le blanc enserre le blanc et moi le froid mord mes jambes. Une porte dérobée, un escalier de côté, noir, tortueux et métallique conduit tout droit à des rythmes latino-américains. Ici, la chaleur mouille les corps blancs transis de désir. La vodka étanche les bouches assoiffées, s’étale, coule, roule le long de petits verres. Les femmes, russes blondes aux sonorités si étranges, demi-nues après avoir ôté leurs fourrures, se déhanchent, laissant aller leur tête de côté, le rouge accroché aux joues. Et moi, moi je m’accoude au bar. Interloquée, timide, idiote et française.

Camellia Burows.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s