Птица счастья


C’est  l’iris de pupilles dorées,

l’anis de portes endimanchées où le blanc et le bleu tranchent, indolents, paresseusement au soleil.

Un entrelacs de voûtes blanchies à la chaux juste à l’endroit où le coeur s’épanche.

Et sur le dôme des sourires se posent celui de peaux bistres

par une après-midi languissante, sous la mollesse suave du soleil qui blanchit les heures.

Dans l’odeur des linges frais, la nuée porte les amants.

Elle,

ornée d’or, entourée de chants et de rires épicés rythme le soir de pas saccadés. C’est l’heure brunie, constellée de points brillants.

L’heure de la fraîche, l’heure de la rosée.

Des rires, des danses capiteuses, et des mains habillées pour  se marier.

Tout y est suave, doux, sucré, léger comme ces petits gâteaux d’amandes et de miel roses ou argentés.

C’est le noir et les bandages sur les mains, le henné maquilleur et ingrat, l’heure du bonheur fébrile.

Il est à l’image du sable fin de Kélibia, blanc enchevêtré à l’eau turquoise. Un petit paradis de félicité aux lèvres,

accroché aux regards.

C’est l’heure des rires et des sourires, d’entente entre inconnus.

C’est aussi l’heureux parfum d’ambre de la mariée et l’allégresse pudique des nouveaux époux.

Un bonheur simple enivrant les convives joyeux d’éclats de rires.

Photo : Feriel Benzouaoui
Photo : Feriel Benzouaoui

Camellia Burows

4 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s