Les lieux et les choses


Choses qui font naître un doux souvenir du passé

Les roses trémières desséchées.
Les objets qui servirent à la fête des poupées.
Un petit morceau d’étoffe violette ou couleur de vigne, qui vous rappelle la confection d’un costume, et que l’on découvre dans un livre où il était resté, pressé.
Un jour de pluie, où l’on s’ennuie, on retrouve les lettres d’un homme jadis aimé.
Un éventail chauve-souris de l’an passé.

(Un éventail chauve-souris : éventail d’été, souvent sorti pour les fêtes)

Notes de chevet (~995-1005), Sei Shōnagon (trad. André Beaujard), éd. Gallimard / Unesco, 2007 (ISBN 9782070705337), p. 60

Lieux et choses qui font battre les paupières :

Le sourire blond d’un homme aux yeux bruns

La grisaille de Paris sous la brume

Les rires d’amis que l’on aime serrer dans ses bras

Un rayon de soleil qui chauffe la joue sous un ciel bien connu

Le clapotis de péniches sur les berges d’Amsterdam

Une odeur de pin, de thym sur les chemins des Terres Rouges

Une personne oubliée et dont le rire fuse tout à coup

Le rouge d’une place grandiose et sa basilique surgissant de couleurs vêtue

Les discussions interminables sur le balcon aux oliviers

La cantate du café de Bach et l’odeur d’un cigare au café

L’odeur du pain tout chaud sortant du four devant une boulangerie

‎**‎**

Choses que l’on regrettera à son départ :

Quelqu’un qui, doucement, pose sa main sur notre épaule

Une langue abrupte devenue familière

La morsure du froid sur les joues et la neige immaculée qui étouffe les souvenirs

La versatilité de l’étrangère

La rare empathie de visages durs et fermés

La naïveté partie avec lui et les souvenirs déformés

La peur au ventre, le claquement des genoux, quand, dans la nuit, on rentre chez soi par les rues noires et glacées et la neige qui avale les sons, et le soulagement que l’on éprouve à se sentir, malgré tout, encore si vivant

Choses impardonnables :

Une ville abandonnée peuplée d’enfants aux joues et habits bruns de crasse

Un cadavre froid et nu laissé à terre sans être recouvert

Des seringues ensanglantées sur un chemin de randonnée

Une peluche dans le caniveau

Des insultes alors que l’on souriait de bonheur

Une belle femme délaissée

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s