Ces petits riens


La morsure du soleil et le sable craquelant sur les tibias

Les fous-rires contagieux de nièces à la recherche de coquillages amoureux

L’anis et l’ivresse

L’odeur retrouvée des pins et le crin crin des cigales

L’extase des enfants sur de simples coquillages

Le claquement de boules un jour de pétanque

Les paroles toutes allemandes d’où renaissent un sourire vertigineux

Et la Russie, le coeur un peu serré, laissée derrière soi

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s