Green



« Et puis voici mon coeur (…)
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches » Verlaine

Au pilori de l’orgueil, nous passons et ruminons sous silence tous ces mots qui pourraient trahir une pousse de sentiments bien verts.

Et l’on remâche sans cesse, sans vraiment savoir comment se conduire, avec ce vague sentiment d’une mastication faite d’amer. Finalement, ce pré que l’on trouvait si vert, ce pré où l’on s’est offert, à nu, vide et tremblant de se trouver trop imbécile, devient ni vraiment terne ni vraiment autre qu’un vague pré comme il en existe tant d’autres. Il se teinte d’une lassitude éprise d’une morne indifférence, que les jeux verbieux ont jaunie.
L’incommunicabilité de notre époque et le manque de consistance des sentiments confèrent au foin de nos exclamations un arrière-goût boueux.

Et l’on tombe vertigineusement, incrédule tel Sisyphe, épris d’un sainte foi grisée par les âges, à toujours invariablement recommencer le même ballet.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s