Ces petits riens #6


– faire des listes automnales et ne jamais s’y tenir

– un week-end qui claque dans les doigts

– tomber dans les pommes sans jamais se réveiller

– des mots justes/des yeux rêveurs que l’on n’ose croire

– un funambule

– un sourire inattendu et italien de jour/une nuit impromptue

– nager sur Pj Harvey, recevoir tant de mots, et nager encore pour ne pas sombrer

– a place called home

– des rires amis dans un pub écossais

– de bons musiciens au goût douteux

– le vide et l’absence

– et le théâtre toujours, partout, tout le temps

4 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s