Ces petits riens #10 (l’oubli)



IMG_1292

– le rien, le néant, l’impossible écriture blanche

– rire et donner des coups sans pour autant les rendre, parler une langue étrange un soir

– omettre et oublier tous les rendez-vous avec soi-même

– s’évanouir dans la nature sans en être au préalable informée, se réveiller sans aucun souvenir

– rire aux éclats et porter des gants rouges

– comprendre froidement, ausculter au scalpel pour finir par se demander pourquoi tout compliquer

– ne plus posséder le don d’attendre, chercher le temps gris et informe et ne trouver qu’une trotteuse inéluctable

– s’emmitoufler d’ouate

– s’empêtrer dans des périphrases en riant en soi-même

– s’évader tristement sans ouvrir un livre ni écrire une ligne, se tromper longtemps

– s’enrober de silences bleus et d’espérance grise flambée à l’allumette

– dénouer les lambeaux de mémoire jaunie

– esquisser un sourire et combattre vaillamment sans comprendre ces autres ni leurs messages informels

– attendre son propre retour, être pris de ravissement moite troublant et aveuglant.

– défaillir  sans laisser de trace, cesser d’être perceptible

3 commentaires

  1. – laisser reposer quelques années
    – mettre au four à combustion très lente
    – et voilà votre poète tout vif, à servir à froid !

    C’est bien ça, n’est ce pas ?

    Bien amicalement

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s