Twelfth Night, Shakespeare, mise en scène Simon Godwin, National Theatre : folie furieuse.


La Nuit des Rois ou Twelfth Night de William Shakespeare, montée cette année au National Theatre par Simon Godwin, est une pièce aux basculements ambiguës. Une comédie à la tonalité ambivalente jouant sur le travestissement et la ressemblance. Elle va d’ailleurs peut-être être mise en scène par Thomas Ostermeier (qui, au passage, va sans doute mettre en scène une pièce de Molière ou de Shakespeare avec la troupe de la Comédie Française  pour la prochaine saison…) !

En Illyrie, le duc Orsino est amoureux de la belle et riche comtesse Olivia, en deuil de son père et de son frère. Celle-ci se refuse à céder aux avances du duc. Viola, dont le bateau vient de faire naufrage et qui se pense la seule survivante, se déguise en Césario pour survivre. Elle croit ainsi, avoir perdu son frère jumeau, Sébastien, pendant le naufrage et n’étant donc plus placée sous son égide, elle propose ses services à la cour d’Orsino sous les traits de Césario. Ce dernier lui demande de l’envoyer comme ambassadeur auprès d’Olivia et de la séduire. Viola tombe secrètement amoureuse du duc et Olivia n’est pas insensible aux charmes de Viola. Sébastien ressurgit et quelques quiproquos s’ensuivent, tandis que Malvolio serviteur sombre de la comtesse complote pour épouser sa maîtresse et se fait piéger par l’oncle de cette dernière qui résident un temps chez elle.

L’intrigue en une minute rigolote par les acteurs de The Twelft Night au National Theatre : 

L’exposition, dans la version de Simon Godwin, débute en fanfare avec la représentation du naufrage de Sébastien et Viola, matérialisé par le pont d’un réel bateau, immense navire, auquel les comédiens s’accrochent désespérément sous le coup d’une tempête, tentant de lutter vainement contre les éléments naturels et le naufrage. Le navire suggéré ressemble étrangement à celui du Titanic, ou bien, à un bateau de croisière, et le spectateur découvre par la suite que la pièce se situe dans une temporalité plus contemporaine : un lit d’hôpital et les appareils électroniques branchés à Viola lors de la scène suivante et à son réveil, comprend qu’elle se trouve en Illyrie, seule sans protection, l’utilisation d’une enceinte de musique, un jacuzzi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par ailleurs, en termes scénographiques, un immense pont arqué, tel une gigantesque part de gâteau, pour reprendre les mots d’une amie, ou un dôme amovible, se dépliant et se repliant, abritant de réelles pièces à vivre, dévoile des espaces plus larges et offre outre une variété de décors, une transition entre les scènes. Invention brillante puisque les entrées et les sorties des personnages, ainsi que les nombreux changements de décors, sont rythmés par l’ouverture ou la fermeture de ce dôme amovible, changeant instantanément le lieu et l’ambiance. Des trappes permettent également de faire varier les espaces de jeu, dévoilant par-ci un petit jacuzzi ou bien par-là patio et jardin avec fontaine aux couleurs pastels, puis rapidement transformé en fête déjantée sur une terrasse. De même, le travail des lumières vient sculpter les scènes, du bleu au violet des naufragés, aux couleurs criardes et extérieur jour pour la scène de la duperie de Malvolio. Une scénographie inventive, pivot du rythme endiablé insufflé à cette mise en scène grandiose où se révèle tout l’aspect festif de la pièce originelle. 

 Rythme accentué par des musiciens jouant en direct, côté cour, légèrement surélevés au-dessus du plateau semi-circulaire, The Twelfth Night étant placé sous le sceau de la musique et qui participent du jeu comique, interviennent avec plaisir sur scène, se mêlant au jeu des comédiens, et en accentuent le comique.« If Music be the food of love…play on » comme le dit le comte Orsino.

L’impressionnante performance de comédiens tels que Phoebe Fox (Olivia), Tamara Lawrence (Viola), ou Tim Mcmullan (Sir Toby), délirants de drôlerie, même s’il s’agit parfois d’un comique un peu appuyé, burlesque, caricatural marque les esprits.

 La force de la mise en scène réside dans des inventions comme le rôle du fou devenu une femme délurée, attachante, voire même attendrissante, à la voix superbe ou encore Malvolio transformé en Malvolia interprétée par une Tamsin Greig, délicieuse, irrésistible, déchaînée et remarquable, dans un jeu alternant rigueur et impassibilité et débordements excessifs et caricaturaux de l’amour. D’autres petites trouvailles  actualisent la pièce et en renforce la tonalité comique comme l’emploi de lunettes de soleil pour cacher le visage de Viola à la place du voile, la taverne « Elephant » transformée en bar où Drag Queen et rockers se retrouvent.

 Outre l’interprétation, d’ingénieuses réactualisations scénographiques, permettent d’assurer l’unité structurelle des intrigues amoureuses, et celle du personnage festif de Tony Belch et de sa bande. Intrigue secondaire, de pure comédie, mais qui tourne à l’aigre et ramène le tragique sur scène par la petite porte lorsque Sir Tony Belch torture, son ennemi juré et personnage opposé, Malvolia.

Derrière la farce, les jeux de masques et le dérèglement passionnel de personnages oisifs, se cache une critique à peine voilée sous le costume tout tartuffien de Malvolia, de l’esprit puritain ambiant actuel, une sorte de réglement de compte avec l’ennemi de la fête, ennemi de la vie que représente Malvolia.

Une pièce jouissive, importante  face à l’horreur quotidienne que charrie l’actualité, à une société de plus en plus policée et nourrissant une réflexion sur la position de la femme dans notre société. Si l’aspect plus sombre de la pièce est quelque peu gommé au profit de la fête, cela ne gâche en rien le plaisir dans sombrer dans ce Twelfth Night qui malgré sa fin quelque peu étonnante reste, à mon sens, l’une des plus grandes pièces de Shakespeare.

Au National Theatre à Londres jusqu’au 13 mai.

https://www.nationaltheatre.org.uk/shows/twelfth-night

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s