Oslo de J.T Rogers, mise en scène de Bartlett Sher au National Theatre, palpitant et captivant.


Oslo image .jpg

Comment rendre la négociation des accords de paix entre Israël et la Palestine passionnante menée secrètement par deux diplomates norvégiens? La réponse est Oslo cette pièce qui a fait un tabac de l’autre côté de l’Atlantique, débarque au National Theatre avant d’être d’emblée transférée dans un théâtre du West-End à Londres.
Trois heures environ autour de négociations, sur le thème toujours brûlant et épineux des territoires israélo-palestiniens, trois heures de diplomatie me suis-je dit, comment pouvait-on en extraire une pièce palpitante ?

Mon penchant naturel me porte davantage sur des pièces dont la recherche scénographique révèlent le drame, et souvent la psychologie des personnages ; ce sont généralement des pièces d’aspect plus contemporain, dont les costumes d’époque ont été retirés, exit les collants et épées ; un peu finalement, comme Peter Brook l’exprimait dans An evening with Peter Brook, mercredi dernier au Young Vic, de revenir à l’essence du théâtre même si certaines de ses mises en scène m’ont semblé trop dépouillées. Je ne m’attendais donc pas à être réellement emportée par la pièce de J.T Rogers, d’autant plus qu’il s’agit d’une assez grosse production arrivant tout droit du Lincoln Center à New-York, et c’est plus titiller par la curiosité de ce qui en était donné que je m’y suis rendue. L’intrigue dont le spectateur connaît pourtant l’issue, les personnages et l’humour qui l’émaille, la rendent captivante en dépit d’une scénographie et de costumes plus ou moins  « naturalistes ».

Oslo narre l’orchestration de deux jeunes diplomates norvégiens,  Mona et Terje, mari et femme,  des négociations de paix entre Israel et le futur état palestinien, menées pendant neuf mois, qui  aboutirent aux accords historiques éponymes et surtout à la reconnaissance de l’Etat palestinien. Une histoire d’autant plus saisissante qu’elle est vraie. En effet, l’auteur J.T Rogers a été présenté à Mona et Terje par l’intermédiaire de Bartlett Sher, le metteur en scène de cette pièce. De ces amitiés est né Oslo, même si la pièce conserve un certaine part de fiction.

Oslo Play ROgers photo de Brinkhoff:Mögenburg
Photo byBrinkhoff/Mögenburg

La pièce construite autour de ces rendez-vous secrets présente, à grand renfort d’humour, les rouages diplomatiques, les rebondissements de l’affaire et finalement permet de dresser un portrait détaillé des différents acteurs de accords d’Oslo, dans un contexte particulièrement délicat. Le décor, d’ailleurs, figure les appartements de Mona et Terje, avec au centre au lointain, une immense porte ornée de moulures, tout comme le reste de l’appartement, sans doute symbolique, qui est à l’occasion déplacée afin de montrer le passage vers la négociation. Négociations parfois reléguées au hors scène et d’autre fois jouées sur l’avant-scène. Tables et chaises de bois,  murs aux couleurs plutôt neutres, gris grège, plancher et velours rouge, tout évoque les salons des ambassades. Les grands aplats des murs de ce salon permettent la projection de films, des images d’archives, et ancre la pièce dans l’Histoire, étalant ainsi la toile de fond des tensions des négociations entre Israéliens et Palestiniens pendant ces neuf mois. Par ailleurs, les lumières froides, bleu violet, dominent dans une majeure partie de la pièce ce qui crée une atmosphère froide, bien lointaine des salons feutrés et aux couleurs chaudes auxquels l’imaginaire se représente les salons de diplomates.

Oslo Brinkhoff:MÖgenburg
Photo byBrinkhoff/Mögenburg

Le rythme de la pièce est quant à lui saccadé, proche de celui des films à suspense, et confère à l’action une tension psychologique qui maintient le spectateur en haleine. Thriller psychologique largement servie par les désaccords, ruptures, inévitables à la chambre des négociations, quand on pense qu’il s’agissait de réunir à la même table les membre de l’Organisation de Libération de la Palestine et les Israéliens, mais aussi sous-jacentes qui se répercutèrent dans le couple de Mona et Terje.

C’est surtout l’épaisseur des personnages, au trait parfois d’un caricatural assumé et duquel la pièce se joue sans pour autant tomber dans la facilité ou la complaisance, qui entraîne le spectateur dans cette intrigue. Galerie haute en couleur, permettant de présenter les oppositions, les incompréhensions et peurs de ces hommes et femmes qui ont oeuvré pour la paix, superbement campés par les différents acteurs, mais dont les performances de Phillip Arditi (Uri Savir), que j’avais eu le plaisir de voir sur scène au Unicorn Theatre dans The Hunting Lodge et dans As you like it au National Theatre en 2016, et dont la performance avec celle de Peter Polycarpou (Ahmed Qurie) et de Nabil Elouahabi m’ont plus particulièrement marquées.

En définitive, ce qui frappe c’est la légèreté et le rire qui l’emporte malgré tout sur un situation hautement dramatique (au sens théâtral du terme) car l’on rit beaucoup pendant ces trois heures. Un mélange détonnant qui fonctionne à merveille et permet au spectateur de palper, de vivre une page de l’Histoire humaine. Matière à réfléchir et de porter un regard sur notre monde actuel, d’envisager un monde moins violent, mais aussi divertissement, Oslo allie brillamment et intelligemment les ressorts dramatiques et dévoile une face cachée de la diplomatie, celui de héros restés anonymes dont les convictions passèrent outre les règles et les lois de nombreux pays et de la politique.

oslo play Brinkhoff:Mögenburg
Photo byBrinkhoff/Mögenburg

Une pièce à dimension humaine, à la portée de tous, à l’humour cinglant au coeur d’une intrigue haletante servie par des comédiens talentueux.

Oslo de J-T Rogers, mise en scène de Bartlett Sher, National Theatre jusqu’au 23 septembre : https://www.nationaltheatre.org.uk/shows/oslo-dates-listings

Puis au Harold Pinter du 2 octobre au 30 décembre 2017 : http://www.atgtickets.com/venues/harold-pinter-theatre/

Durée : 2h55 avec entracte.

 

9 commentaires

  1. « Une pièce à dimension humaine, à la portée de tous, à l’humour cinglant au coeur d’une intrigue haletante servie par des comédiens talentueux. » En voilà une belle conclusion, malgré quelques réserves, si j’ai bien compris…

    Aimé par 1 personne

  2. Je découvre ce blog, et je vois que nous avons beaucoup de passions communes, comme le théâtre, et le théâtre britannique ! Je vais à Londres en décembre pour voir Oslo, je suis vraiment impatiente.

    J’ai lu que tu aimais les pièces avec une scénographie très contemporaine : as-tu vu « Jane Eyre » au National Theatre ? Je te conseille vraiment cette pièce, qui est une magnifique adaptation du roman de Charlotte Brontë. Elle n’aborde pas le roman uniquement par le prisme de l’histoire d’amour, comme c’est presque toujours le cas dans les adaptations, mais donne sens au sous-titre du roman « an autobiography ». L’accent est mis sur le cheminement personnel et intime de l’héroïne, la mise en scène met en avant le passage d’une étape de sa vie à une autre, sa difficile quête de liberté et d’épanouissement dans un monde conservateur et patriarcal. Et la mise en scène ne lorgne pas du tout du côté du « period drama » façon BBC : au contraire, elle est très contemporaine, avec un décor minimaliste réduit à des échelles et des plate-formes en bois. Les acteurs sont tous formidables, je pense que cette pièce pourrait te plaire.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s