B de Guillermo Calderon, mise en scène de Sam Pritchard, Royal Court, explosif sporadique.


B un titre énigmatique. B comme le mot interdit : Bombe ou comme Birthday (anniversaire) en anglais. Une pièce au sujet subversif sur l’activisme. Mourir ou non pour une cause ? Déranger, se faire entendre, finir en prison, mourir pour ne pas terminer derrière les barreaux, mourir pour une cause. B reprend ces thèmes en les traitant avec intelligence. Inspiré de personnes réelles et de faits avérés au Chili, d’un groupe de militants pendant la période de Pinochet, qui continue à sévir, la pièce en résonne d’autant plus étrangement.
L’anniversaire de Marcela (Aimée-Ffion Edward ) doit être célébré ce soir et pour ses dix-neuf ans, elle attend des « amis » puis refuse de le fêter car son petit-ami a été assassiné dans un attentat à la bombe, c’est ce qu’elle raconte du moins à son envahissante voisine, Carmen (Sarah Niles). En réalité avec son acolyte protestataire, surnommée Alejandra (Danusia Samal), elles attendent  Jose Miguel (Harry Treadaway) fabricant de fromages… Il faut comprendre de bombes en langage codé des activistes.

®helenmurray-B-by-Guillermo-Calder¦n-directed-by-Sam-Pritchard-Royal-Court-406-1024x683.jpg
®Helen Murray B by Guillermo-Calderon, directed by Sam Pritchard, Royal-Court

Les deux femmes veulent faire entendre leur cause (anarchie, l’égalitariste, l’exploitation humaine) et pour cela ont déjà utilisé des « noise bombs » (entendre par là des bombes employées pour faire peur mais non nocives). José Miguel les piège en fabricant une bombe réelle et de là la discussion s’envenime ponctuée par les apparitions de la glaçante et bien trop curieuse Carmen qui apporte bientôt un gâteau d’anniversaire et des bougies à souffler.  L’ensemble oscille entre effroi donné au spectateur et ridicule surréel des personnages et de la situation, servi par des dialogues incisifs. Ainsi, pour ne pas être reconnu ou se dénoncer, les activistes se cachent le visage à l’aide d’un t-shirt noué. José Miguel porte même des gants de chirurgien et des lunettes de soleil et veut donner l’illusion d’un homme empreint de sagesse tandis que les deux très jeunes activistes de pacotille, Marcela et Alejandra, oublient en quelques minutes de cacher leur visage. Mais la dérision tourne assez vite à un humour noir beaucoup plus grinçant, plus glaçant. La performance de Sarah Niles est à noter car elle permet de surprendre certains spectateurs. Si les personnages peuvent paraître agaçants avec leur naïveté crédule ou leur prétention, l’on peut dire qu’ils donnent ouvrent la discussion sur le sujet et sur la violence en elle-même.

®helenmurray-B-by-Guillermo-Calder¦n-directed-by-Sam-Pritchard-Royal-Court-685-1024x683.jpg
®Helen Murray B by Guillermo-Calderon, directed by Sam Pritchard, Royal-Court

En termes de scénographie, la pièce est jouée en alternance avec Victory Condition de Chris Thorpe (mise en scène de Vicky Featherstone), et le plateau est surprenant. Un espace carré comme une boite ouvert sur une partie d’un appartement de bois et de béton grossier et l’ensemble entouré d’échafaudages ; quelques chaises, une table au lointain et des ballons noirs ornent le tout. A l’avant-scène, un gigantesque panneau de bois clair coulissant avec une sorte de fenêtre encadrée permet d’ouvrir le spectacle et glisse à nouveau en fin afin d’entendre le monologue d’Alejandra expliquant les raisons de son acte. Panneau reproduit au lointain, fermant la boîte de l’appartement, qui laisse entrapercevoir les briques du Royal Court vers la fin de la pièce. Très belle et intelligente scénographie, comme toujours, de Chloe Lamford, une de mes scénographes actuels préférés, au travail fin, délicat et surtout extrêmement bien pensé (elle a notamment réalisé les décors des mises en scène de Katie Mitchell dont l’incroyable Ophelia Zimmer, de 1984 mise en scène de R. Icke, d’Amadeus mise en scène de Michael Longhurst etc). Le tout porté par des lumières précises et magnifiques. Des teintes bleutées sur les échafaudages à la lumière crue des néons en passant par la lumière orange et douce du coucher de soleil et surtout l’avant-dernière scène (que je ne peux divulgâcher ici) de bleu et noir, on reconnaît l’extraordinaire travail de Lizzie Powell.

®helenmurray-B-by-Guillermo-Calder¦n-directed-by-Sam-Pritchard-Royal-Court-787-1024x683.jpg
®Helen Murray B by Guillermo-Calderon, directed by Sam Pritchard, Royal-Court

L’ensemble fonctionne par secousses à l’image de bombes que l’on distille avec une intensité plus ou moins forte dans le spectacle. La pièce se perd et traîne parfois en longueur  même si des moments de fulgurances dans les dialogues ou tirades tiennent tout de même le spectateur en haleine. La scène d’exposition et le dénouement percutants valent le détour ainsi que, et surtout, la scénographie et le travail des lumières.

B,  de Guillermo Caldéron, traduction de William Gregory, mise en scène de  Sam Pritchard jusqu’au 21 octobre au Royal Court à Londres.

Durée : 90 mins.

Réservation ici

Avec : Paul Kaye, Danusia Samal, Sarah Niles, Aimée-Ffion Edwards

Scénographie : Chloe Lamford ( son site : http://chloelamford.com/ )
Création lumière : Lizzie Powell (son site : http://lizziepowell.com/ )
Compositeur : Teho Teardo
Création son : Gareth Fry
Mouvement : Jenny Ogilvie

2 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s