Antony and Cleopatra, Shakespeare, mise en scène Iqban Khan, Royal Shakespeare Company, Barbican. De l’esthétique du peplum.


L’un des volets du cycle des tragédies romaines de Shakespeare, Antoine et Cleopâtre est sans doute l’une des plus connues notamment pour la tirade de Cléopâtre avant son suicide. Personnages iconiques et inspirant des générations d’auteurs, Antoine et Cleopâtre m’ont semblé parmi les rôles les plus délicats à interpréter dans cette tragédie qui contrairement aux précédentes n’offre aucune vraie noirceur d’âme. Dans le cadre de la saison des tragédies romaines la Royal Shakespeare Company monte cette tragédie dans une tradition des plus naturalistes. Les décors et la scénographie qui ont été réutilisés dans leur alternance avec Titus Andronicus et Coriolan, imaginés par Robert Innes Hopkins, restent ici fidèles à l’époque du second triumvirat.

Antony and Cleopatra Mya Gosling Goodticklebrain.com.jpeg

 

La fable est connue Marc-Antoine hérite d’une partie de l’empire romain puis tombe follement amoureux de Cléopâtre mais son devoir d’empereur l’oblige à épouser la soeur d’Octave, Octavie. Cléopâtre désespérée et furieuse tente de rappeler son amour à Antoine tandis qu’Octave déclare la guerre à l’Egypte. Marc-Antoine devant l’échec militaire de l’Egypte se suicide ainsi que Cléopâtre.

Antoine et Cleopâtre Death Clock Mya Gosling Goodticklebrain.com.jpeg

L’esthétique scénographique empreinte de naturalisme n’est pas sans rappeler celle des peplums des années 50. Ici le parti-pris d’Iqbal Khan est sans doute l’explicite au profit d’une actualisation certaine ce qui ne semble ni innovant ni non plus nécessaire puisque le texte en lui-même me semble suffisant sans qu’il y ait besoin de le commenter par le décor ou l’action. Josette Simons incarne indéniablement une Cléopâtre féline et imprévisible. Jouant avec des codes de la royauté, prenant tout l’espace du plateau, elle développe d’un jeu à la gamme assez vaste  que l’on n’aurait peine à imaginer pour une reine telle que Cléopâtre. Son aisance indéniable sur le plateau, sa palette d’interprétation entre passion, folie furieuse, sincères engouements pour des plaisirs simples, moqueuse, joueuse, libre et indépendante dresse une Cléopâtre certes toujours fière, droite mais surtout humaine. Cette humanité rendue à son personnage s’il elle lui sied tourne parfois à une excentricité bien trop marquée et les vers de Shakespeare prennent une note semblable à celle d’une femme de basse extraction sans doute à cause d’un rythme particulier trop hâché ou décousu. Même si Cleopâtre peut apparaître dans cette tragédie comme une courtisane manoeuvrant comme elle le peut Antoine, elle n’en reste pas moins reine d’Egypte et ce côté trop forcé du personnage le décrédibilise.

antony-and-cleopatra-production-photos_-2017_2017_photo-by-helen-maybanks-_c_-rsc_214541.tmb-img-1824
Photo de Helen Maybanks RSC

Si Antony Byrne dans le rôle d’Antoine n’est pas en reste en fieffé goûlu, coquin tout en muscle et presque barbare et forme un contrepoint avec son amante, celle-ci l’éclipse malgré tout et quelque peu par sa féline folie et présence. Enfin, la transcendance qu’offre la mort aux deux amants n’est marquée que dans celle de Cleopâtre revêtue de ses apparats, altière et fière après s’être entièrement mise à nu au sens propre tant que figuré, moment sensible et de pure beauté du spectacle.

Il est à regretter qu’une production aussi grandiose soit-elle dans les décors n’ait pas fait l’objet de plus d’audace, moins maniérée, et d’un parti-pris peut être davantage engagé. D’autant que la pièce peut aisément trouver des échos contemporains notamment dans cette perméabilité complexe et toujours actuelle entre figure ou sphère publique et privée, l’opposition entre devoir (publique) et intimité des êtres (privé), ou encore l’aveuglement amoureux et la perte de soi dans l’être aimé que symbolisent les personnages d’Antoine et Cleopâtre.

Antony and Cleopatra de Shakespeare par la RSC mise en scène Iqban Khan.
Avec notamment Josette Simon et Antony Byrne.

Scénographie de Robert Innes Hopkins, Musique de Laura Mvula, Lumières de Tim Mitchell.

Le site de Mya Gosling sur Shakespeare in 3 panels : Goodticklebrain.com

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s