The B*east, écrit et mis en scène par Monica Dolan, Bush Theatre.


MG_8286-01-cropped-warmer-brighter-1140x2000.jpg
Monica Dolan

Comprendre qui est la bête qu’évoque le titre et ce qui se cache derrière ce la lettre caviardée du même ne prend que peu de temps à l’écoute de Monica Dolan, lauréate du prix BAFTA, auteure et interprète de la pièce : « the breast » comprendre les seins.

Le plateau se présente de facture assez classique : un tapis, un fauteuil, une lampe, une console avec livres et lunettes nous indique assez vite que l’on est dans un cabinet d’une psychanalyste tandis que ce monologue provocateur porte sur un sujet surprenant : l’histoire d’une femme ayant accepté que sa fille de huit ans ait des implants mammaires conséquents et le tollé suscité dans l’opinion publique.  Narré par le personnage de Tessa, la psychanalyste de cette femme, ce texte reste un prétexte pour soulever le problème du rapport de notre société au corps, de la femme devenue un pur objet  sexuel, l’influence des images diffusées sur les enfants et leur sexualisation. Dolan reste assez statique : elle joue assise et ne se lève que pour répondre aux coups de fil qui entrecoupe le récit et superpose l’histoire intime de la narratrice et confère un rythme au récit. L’écueil de cette fable réside dans une histoire peu crédible, malgré l’immense talent d’actrice que possède Monica Dolan, cette histoire de mère qui voyage au Brésil pour que sa fille, obsédée par l’image de sa poitrine et de celle des femmes de magazines féminins, subisse une augmentation mammaire et ses dérives, semble improbable. Ce qui est surprenant ce n’est pas tant cette histoire qui mène en une heure le spectateur de surprise en surprise, et encore moins le jeu statique, mais surtout que Monica Dolan est paradoxalement convaincante par son jeu et permet de soulever un débat houleux sur l’appartenance de son propre corps, le rapport à sa féminité et le rôle des médias dans tout cela, la sexualisation bien trop précoce des enfants et le rôle du regard que porte l’opinion publique sur tous ces thèmes. Elle est si éloquente et émouvante, qu’elle parvient même à faire douter de la véracité de cette intrigue et en un rien de temps le spectateur se retrouve en train de rechercher sur internet, rubrique faits divers, une histoire similaire.

Spectacle assez classique par sa forme mais novateur par son sujet. Un grand moment d’acteur même si la forme semble un peu morne tout de même,  le monologue ouvre un débat nécessaire.

The B*east, de et par Monica Dolan, Bush Theatre, Londres

Durée : 1h environ

Jusqu’au 3 mars 2018

https://www.bushtheatre.co.uk/event/the-beasts/

1 commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s