Maliphantworks 3, de et par R. Maliphant et Dana Fouras, Coronet Theatre, Notting Hill, Londres.


Photo de Panagiotis Tomaras

Russel Maliphant revient au Coronet Theatre pour le troisième volet de la présentation de son travail : Maliphantworks3. Composé de pièces courtes dansées (dont le Duo déjà présenté en 2018) et de deux courts films, Maliphantworks 3 approfondit le rapport à la lumière et au flot d’énergie induit par le mouvement des danseurs et déjà initié dans Silent Lines. Ce qui impressionne toujours chez ce chorégraphe c’est son rapport à la création lumière et aux corps des danseurs. Elle les traverse ainsi comme si elle venait sculpter l’ensemble ou induisait le mouvement. C’est le cas de la première pièce The Space Between dans laquelle les deux danseurs, Russel Maliphant et Dana Fouras se meuvent sur les projections lumineuses de Panagiotis Tomaras à la palette gris bleuté nuancée de noir et de blanc, le tout créant une sorte de flux et reflux à l’image de la mer comme le suggère le paysage sonore. Par des entrelacs de bras et jambes, le couple s’unit et se désunit tandis que Russel Maliphant semble le plus ancré au sol. Le rythme est lent, les bras s’élèvent, les corps souples s’épanchent telle une marée montante, un souffle, une respiration comme celle du danseur. Une forme de méditation introspective.

Une autre pièce dansée en live s’ensuit après la projection de deux films. La création lumière y semble des pulsations pareille aux battements de coeur et les deux danseurs alternent vélocité et lenteur extrême. Un moment de grâce et de pur bonheur suivi du baroque, magnifique et délicat Una Furtiva Lagrima de Donizetti, duo de 2018. Duo devenu plus charnel et communiant tendrement en une forme d’attraction qui dévoile leur relation profonde et intime de mari et femme.

Les deux films sont le seul bémol de Maliphantworks3 en général car s’ils apportent sans doute un éclairage sur le mouvement et le rapport à la lumière, ils ne semblent pas nécessaires ; à cela s’ajoute l’écran, froid, qui ôte une partie de la beauté charnelle et organique à la gestuelle du danseur dont se délecte le spectateur face à la réalité artistique. Néanmoins l’ensemble de Maliphantworks3 se révèle une pièce délicate plus intimiste et introspective que les précédentes et dont la construction gagnerait sans doute en longueur car le spectateur ne se lasse pas des chorégraphies du duo hypnotique Maliphant et Fouras et de leur réflexion sur le mouvement, le corps dansé et la lumière comme espace scénographie.

Au Coronet Theatre à Notting Hill, à Londres.

Le site de la compagnie : https://russellmaliphantdancecompany.com/events/2019/9/12/maliphantworks3-the-coronet-theatre

2 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s