Thebes land, de Sergio Blanco, mise en scène Daniel Goldman, Arcola Theatre, CASA Latin American Theatre Festival


Thebes land Sergio Blanco Goodman.png

Le parricide, un thème largement exploré dans la littérature et dans le théâtre du mythe d’Oedipe en passant par Les Frères Karamazov de Dostoievski est ici revisité avec brio dans la pièce de Sergio Blanco.

T’, incarné par l’irresistible Trevor White, un metteur en scène et comédien décide de travailler avec Martin Santos afin de créer une pièce sur sa lui, le parricide et ce qui l’a conduit au meurtre de son père, frappé à mort avec une fourchette, par 21 coups. Devant l’interdiction des autorités de faire jouer le prisonnier, il embauche un comédien, Freddy, l’incroyable Alex Austin interprétant à la fois Martin et Freddy, qui, n’ayant aucun droit de visite, doit tenter par le récit de T’ de comprendre l’être qui se cache derrière Martin.
La plus grande salle de l’Arcola présente ici un plateau plus réduit, en son centre une cage grandeur nature dans laquelle les personnages de Martin ou Freddy évoluent. Un balle de basket au sol et un panneau pour s’entraîner, juste au dessus des caméras et des écrans video présentent différentes perspectives de la cage et de son intérieur. Ils permettent également d’offrir une autre dimension à la scène et de s’en extraire par le biais de différentes images (Martin enfant, le corps du père, différentes peintures) venant illustrer les propos de T’, narrateur de cette traversée avec Martin.
Le metteur en scène rencontre Martin à plusieurs reprises au sein de la prison dans laquelle il est incarcéré. La pièce rapporte le récit de ces entretiens du point de vue de T’ qui au passage interpelle largement le public, avec des incartades comiques. Récit de la rencontre et du l’entrechoquement deux mondes, d’une réalité sordide et de celle de la scène par l’entremise d’une ample mise en abîme du processus de création de la pièce qui sera jouée plus tard.

Thebes Land questionne ici avec un humour saisissant la limite dans la création artistique entre manipulation de l’histoire individuelle pour la création d’une oeuvre scénique, le problème de la véracité à la scène et celui d’une histoire personnelle sordide devenue prétexte au divertissement.Thebes land Sergio Blanco Goodman Si d’emblée la scénographie interpelle le spectateur, toute la pièce repose sur les deux comédiens, Trevor White et Alex Austin, tous deux incroyablement justes mais aussi saisissant, l’un par son aisance à raconter, faire rire, rendre palpable et réelle cette rencontre, ce processus de création, brouillant la frontière entre spectacle et réel, posant la question de la véracité du fondement de la pièce (est-ce une pièce basée sur une histoire vraie ?), l’autre par sa capacité à métamorphoser d’un seul coup son visage, sa voix, sa démarche devant tour à tour Martin puis Freddy, comédien en devenir.


La pièce pose ici la question de l’humanité, de ce qui sépare l’être humain, Martin Santos, incarcéré à vie pour meurtre, de celui du spectateur en position de voyeur, de T’ créant une pièce sur Martin tout en le dépossédant de son histoire, qu’il réarrange à sa guise, ceux-là même qui assistent, troublés, à son dévoilement, à sa mise à nue.

Un drame morbide fascinant, drôle et glaçant à la fois, une dissection aiguë des rapports individuels, à deux voix, reposant sur le jeu sophistiqué et recherché de Trevor White et Alex Austin. Stupéfiant.

Thebes Land, Arcola Theatre : https://www.arcolatheatre.com/event/thebes-land-rerun/

Thebes Land a reçu le prix de la meilleure production en 2016  aux Off West End awards et une nomination de la meilleure scénographie aux OFFIE AWARD.

Une pièce de Sergio Blanco traduction de Rob Cavazos

Mise en scène de Daniel Goodman

Avec Alex Austin (Freddy et Martin Santos) et Trevor White (T’)

Metteur en scène associé : Gianluca Lello,

Assistant à la mise en scène de Mariana Aristizabal

Scénographie : Jemima Robinson http://www.jemimarobinson.com/

Assistante scénographie : Malena Arcucci

Lumière et création video : Richard Williamson

Création son : Elena Pena

Photographie : Alex Brenner

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s