Bouge pas, meurs et ressuscite, un film de Vitali Kanevski


images1
A Soutchan en 1947, une ville de mineurs d’Extrême-Orient située près de Vladivostok et transformée en camps de détention, les habitants tentent de survivre. Parmi eux, Valerka, adolescent de 12 ans, ainsi que son amie Gallia tentent de s’en sortir vaille que vaille, en vendant du thé au marché; ils ouvrent grands les yeux sur le monde des adultes que Valerka, contrairement à Gallia, ne comprend pas toujours et qui l’étonne.
Des personnages attachants de premier comme de second plan rappelant parfois L’Idiot. Le noir et blanc brumeux confère à l’ensemble une atmosphère qui, semble bien correspondre à cette époque de pauvreté et au climat rude de la Sibérie ou tout au moins à l’imaginaire à laquelle elle se rapporte.
Un film exceptionnel. Tout en grisaille, tout en émotions déclinées et sous-entendus.
images2

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s