Les gribouillages


3718428886_8d3ea384b2_m

A Gênes, la curieuse, j’espérais m’oublier. A Nice, l’insolente, impossible de ne pas se souvenir.

Le problème qui se pose alors est de se rappeler qui est ce « vous ». Il a pris tant de visages, d’insolentes répliques assassines que j’en ai oublié l’essence même de mes recherches. Il m’arrive souvent de chercher le sens de toute cette mascarade, de lancer un avis de recherche de moi-même. Je suis du regard les passants et leur demande intérieurement : « ne m’avez-vous pas vu passer par là? » comme les enfants cherche la belette ou le loup effrayant.

Je me suis dissoute dans ces « vous »comme un cachet blanc d’aspirine et il n’y avait pas la moindre particule de toi dans les bulles. Vie dissolue et enfantillages à croire que l’acception est reine, on se leurre en retrouvant toujours le même crayon noir destiné à barbouiller un canapé déjà gris. Comme les enfants barbouillent leurs livres de coloriage de rose, d’amarante et de jaune, on gribouille parfois sa vie de grimaces et de décisions noires qui auraient pu aboutir, tout ou moins l’espérait-on,  à des sourires colorés.

3714925650_9137d4c920_m

                                        Camellia Burows

2 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s