La Tempête, Shakespeare, mise en scène Robert Carsen, Comédie Française, Paris. Tempête sur une page blanche.


La tempête
Photo © Vincent Pontet

L’oeuvre iconique de Shakespeare, La Tempête, est l’une des intrigues à l’univers le plus magique qui soit et au personnage parmi les plus ambivalent, Prospero. Après la virtuose et spectaculaire mise en scène de La Tempête par Gregory Doran de la Royal Shakespeare Company de passage au Barbican en juin dernier, la mise en scène épurée de Robert Carsen aurait pu apparaître fade. La fable de la pièce confine à ce merveilleux puisque Prospero, ici Michel Vuillermoz, vit avec Miranda, Georgia Scalliet, sa fille, sur une île déserte après avoir été déchu par son frère et qu’il y commande les différents éléments naturels de l’île et esprits. Ses seuls compagnons sont Ariel, un esprit  céleste aux pouvoirs extraordinaires, et Caliban, un monstre devenu son serviteur. Lorsque que le navire transportant son frère Antonio, le traître et le roi Ferdinand échoue à la suite d’une tempête déclenchée par Prospero épaulé par Ariel, Prospero décide alors de soumettre ses passagers, échoués sur l’île, à une série d’épreuves.

Un plateau nu, blanc mais comme une grande boîte à rêves avec des comédiens en pyjamas blanc ou de blanc vêtus se dresse lumineux comme une immense page blanche. La première scène montre un Prospero sur son lit d’agonie avant d’immerger le spectateur dans ce conte, comme si le spectacle prenait vie dans la tête du personnage principal. Expurgée d’effets spéciaux faciles que Carsen aurait pu employer, la pièce n’en conserve pas moins sa magie car le metteur en scène canadien fait fi de la tradition britannique scénique de La Tempête aux machineries fabuleuses, et autres inventions techniques ou technologiques, et n’hésite pas à en proposer une vision radicalement opposée. Il réussit ainsi à faire exister l’illusion à partir de l’épure du plateau et à faire coexister avec finesse scènes comiques, complexité et épaisseur du personnage finalement assez sombre de Prospero, scènes lyriques et amour naissant, entrelacs d’intrigues secondaires, laissant la pleine magie opérer dans l’expression du texte même de Shakespeare. Deux réserves seulement concernent le jeu de Loïc Corbery (après l’avoir vu dans Le Petit Maître Corrigé pièce dans laquelle il minaudait un peu trop) au jeu toujours similaire, peu nuancé et incolore, contrairement à ses partenaires grandioses comme la délicieuse Georgia Scalliet ou encore Michel Vuillermoz et la projection de videos qui m’ont semblé superflues et bien trop versées dans un sentimentalisme poisseux soutenu.

Des éclats de rires, avec un superbe Caliban, Stéphane Varupenne grandiose, des surprises, comme un lâcher de bouteilles aux lumières élégantes de sobriété et de nuances de noir et blanc, Carsen soulevant au passage la pollution des mers, des objets rescapés devenu poétiques comme des valises, magie des ombres et noir et blanc travaillés en lumière, une scénographie inventive et une belle direction d’acteurs en font un régal de subtilité. La magie opère, un grand moment de théâtre.

La Tempête, Shakespeare, mise en scène Robert Carsen, La Comédie Française, Paris

Durée : 2H40 jusqu’au 21 mai 2018 à la Comédie Française, Salle Richelieu.

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/la-tempete

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s