L’interlope, de et par Serge Bagdassarian, Studio de la Comédie Française, Paris


L'Interlope (cabaret) - Bagdassarian - Studio-Theatre
© Brigitte Enguerand

Un cabaret hommage à ceux de l’entre deux-guerre, se tient au studio de la Comédie Française où les hommes deviennent des femmes et inversement. Un joli bijou serti d’acteurs impressionnants. D’autant que Serge Bagdassarian nous a confié qu’il sentait l’urgence de donner une voix à des personnages si différents les uns des autres et un peu à la marge.

© Brigitte Enguerand Interlope
© Brigitte Enguerand

Un spectacle joyeux et intelligent, avec strass et paillettes à profusion, où le spectateur croise cinq personnages qui donnent  des numéros divers dans le cabaret de l’Interlope. La tenancière interprétée par Dominique Viala introduit le spectateur dans ce monde de la nuit et l’ensemble démarre dans les loges de l’Interlope. La scénographie invite à porter un regard sur l’intimité des personnages : une avancée de scène avec de grandes marches tandis qu’en en fond de scène se laissent deviner, ou sont mis en avant par un coup de projecteur, les coulisses de ce cabaret transgenre.  Chaque personnage, à l’exception du doyen explique son parcours et ce qui l’a amené à se travestir, parfois comment être lorsque l’on se sent d’un autre sexe. Les différentes chansons sont interprétées de façon émouvante et touchante d’autant que le quatrième mur est brisé avec des adresses régulières au public sous forme de clin d’oeil ou de jeux, dont trois chansons joué pour un spectateur choisi chaque soir parmi le public. Benjamin Lavernhe brillamment drôlatique et le charismatique et émouvant SergeBagdassarian font frissonner l’assemblée entre rire et larmes avec leur interprétation à coeur ouvert tout comme les brèves apparitions de Tristan, Michel Favory, mettant en voix des poèmes de Genet ou d’Apollinaire.

L'Interlope (cabaret) - Bagdassarian - Studio-Theatre
© Brigitte Enguerand

Un beau moment de théâtre, un peu suranné mais si agréable, juste, tendre et poétique. Malgré certaines chansons assez démonstratives voire crues la magie opère même chez des adolescents âgés de quinze ans. Une certaine tendresse des comédiens envers leurs personnages ajoute un supplément d’âme à ce petit plaisir inavouable que procure cette pièce.

L’interlope, conception et mise en scène S. Bagdassarian, en ce moment à la Comédie Française.

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/linterlope-cabaret

L'Interlope (cabaret) - Bagdassarian - Studio-Theatre
© Brigitte Enguerand

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s