Dessèchement de paumes.


Des journées passées à les retenir, les yeux rougis par l’effort, je les avais ravalés maintes et maintes fois, remâchés, assassinés, écroués dans l’oeuf, tous ces sentiments.
Je les avais retournées et détournées de mes yeux, tant de fois qu’ils en étaient taris.
« Allez, va, garde la tête basse, courbe la nuque, voûte le dos, et le sourire, toujours de côté le sourire, le regard toujours, toujours biaisé. »
De temps à autres, pour me sentir bien en vie, je prenais un malin plaisir à enfoncer lentement mes ongles dans la paume de mes mains jusqu’à ce que la douleur me cuise les lignes de ma vie.

Camellia Burows.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s