Beware of Pity, Simon McBurney, de l’indélicatesse à la tragédie collective.


 

Beware of Pity Simon McBurney.png

Beware of Pity, Simon McBurney, de l’indélicatesse à la tragédie collective.

Après son fracassant The Encounter Simon McBurney revient sur la scène du Barbican pour une collaboration avec la troupe de la Schaubühne, dans une adaptation du roman Beware of Pity (en français : La Pitié dangereuse) écrit par Stéphane Zweig en 1938.
1913, Anton Hofmiller, jeune officier autrichien, enivré par l’atmosphère d’un bal auquel il est convié, commet l’indélicatesse d’inviter à danser, la jeune Edith de Kekesfalva, fille de l’hôte, un riche propriétaire de la région, alors que celle-ci est handicapée et dans l’incapacité de marcher. Mortifié par ce faux-pas, il décide de se faire pardonner quel qu’en soit le prix à payer, lui rendant visite sans véritablement réussir à se défaire de ce sentiment de regret. Edith tombe alors follement amoureuse de lui ce qui entraîne le jeune officier dans une spirale infernale.
La pièce déroule le combat d’un homme, avec lui-même, comme un long monologue délibératif, se débattant entre la pitié qu’il éprouve et son sentiment de répulsion envers la jeune handicapée. Le spectateur, à l’image d’Anton, s’enfonce peu à peu vers une ineluctable descente aux enfers. Comment mettre en scène les tourments intérieurs d’un personnage, l’écartèlement de l’être entre devoir moral, besoin d’être aimé et fascination morbide ? Tels sont les enjeux de la pièce de Simon McBurney.
D’ingénieux procédés permettent de restituer toute l’atmosphère du roman de Zweig et d’insuffler un rythme saccadé, alternant avec des pauses. Le cadre spatio-temporel est planté à l’aide de cette narration externe que vient soutenir une projection d’images d’archives filmées à partir d’un livre posé sur l’un des bureaux côté court à l’avant scène.
Par ailleurs, des personnages, prenant en charge la narration, sont intégrés à la scène et la dissociation de certaines paroles (une actrice bougent ses lèvres tandis qu’une autre dit son texte) permettent de restituer toute la tension romanesque, les affres psychologiques d’Anton (en passant d’une narration externe à un monologue intérieur) mais surtout, l’alternance de points de vue dans la narration. Le spectateur éprouve alors l’étrange impression de passer des pensées d’un personnage à un autre.
Cette tension romanesque prend corps sur un plateau dépouillé présentant des bureaux d’études, semblables à ceux de bibliothèque (dont celui du personnage narrateur ), et une cage en verre, en fond de scène, qui, telle une vitrine commémorative, renferme un uniforme de soldat de la guerre 14-18.
beware-of-pity-simon-mc-burney
Véritable performance polyphonique, Simon McBurney propose ici un spectacle plus complexe qu’il n’y paraît, aux images à la fois saisissantes de beauté, de cruauté, frappante, faisant se rejoindre tragédie individuelle, celle d’Edith, et tragédie collective, celle de la première guerre mondiale.
Beware of Pity oppose avec force et conviction la compassion noble (incarnée par le docteur Condor) face à celle masquant des désirs inavouables, rachetant la paix de l’âme, ou permettant de devenir pour quelques instant Dieu. Une question délicate non sans accent kantien qui a le mérite d’être posée en ces temps de tragédie des migrants et à l’ère de Trump.

 

13 commentaires

  1. Ohhh Camellia ! Pourquoi tu penses t’arrêter ? Tes critiques, tes articles sont de grande qualité et me manqueraient beaucoup. Si c’est une histoire de temps, je comprends bien, c’est très chronophage, mais tes chroniques sont de grande qualité ! Celle-ci est encore d’une finesse, d’une précision ! Et donne vraiment envie de découvrir ce que tu nous présentes. Un bisou de réconfort pour toi 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s